Institut de Formation en Soins Infirmiers

IFSI Emile ROUX

  
  
Note utilisateur:  / 0

Bonjour,

Le règlement intérieur de l'IFSI/IFAS est disponible sur le site dans la rubrique "cours 2017" et en page d'accueil. Nous vous demandons de bien vouloir en prendre connaissance avant la présentation demain à midi.

La présence de l'ensemble de la promotion est obligatoire.

Merci et à demain.

N. Lancelle

Note utilisateur:  / 0
Madame Gilberte Hacquart est une très grande dame de la profession infirmière. C'est un honneur pour l'IFSI d'Emile Roux d'être associé à son nom. Elle a exercé durant la deuxième moitié du XXème siècle.
Note utilisateur:  / 4

L’HOPITAL EMILE ROUX

 

L’origine du domaine demeure incertaine. Elle serait antérieure à 1394, année au cours de laquelle la propriété aurait été constituée en fief mouvant de la baronnie de la Queue en Brie, donc en arrière fief royal jouissant, à ce titre, du droit de basse et moyenne justice.

Sa prison se tenait sous le colombier qui existe toujours et dont on peut admirer l’étrange enchevêtrement d’une charpente qui supporte encore d’innombrables loges qui servaient autrefois à l’élevage des pigeons. De 1394 à 1551, le domaine appartint à la famille des CORBIE ,puis passa à la famille DUVAL. Le premier propriétaire de ce nom fût François DUVAL, grand prévôt et Chevalier, conseiller du Roi en ses Conseils.

 En 1675,

Pierre FREMONT, secrétaire de Madame la Duchesse d’Orléans et son frère en devinrent possesseurs. A cette époque, Brévannes aurait reçu plusieurs fois la visite de Madame de Sévigné. Protestants, les frères FREMONT durent quitter la France, leurs biens furent saisis et donnés à bail, en Cour du Parlement, à Charles BERNARD, bourgeois de Paris.

 En 1695,

le domaine passe à Nicolas Heudebert DUBUISSON, conseiller d’état, Intendant des Finances qui, à sa mort le lègue à la famille LEPILEUR.

 En 1786

Max-Henri LEPILEUR président à la chambre des Comptes, fit reconstruire le château tel qu’il existe actuellement. A son retour d’émigration, il le vendit au Baron de VARANGES, régent de la Banque de France.

Furent ensuite propriétaires du domaine :

- En 1823, la banquier de CLAREMONT qui y mourut en 1839

- En 1873, l’agent de change SARCHI

- Puis le prince Achille MURAT fit restaurer le château qui avait été dévasté en 1870 et le revendit au Baron HOTTINGER

 

 De l’hospice de Brévannes à l’hôpital Emile ROUX

 

Le 19 septembre 1883,

Le baron HOTTINGER cède à l’Assistance Publique le domaine pour 300 000 francs.

Depuis l’acquisition du domaine par l’Assistance Publique, le parc immense, qui « aurait » été aménagé au XVIIIème siècle sur les plans de LE NOTRE, et le vaste potager qui fournit longtemps une partie des fruits et des légumes consommés par les pensionnaires, se couvrirent de nombreux bâtiments d’hospitalisation.

 En 1885,

Transformé en hospice de vieillards, l’ancien château de Brévannes ouvrait ses portes. Un médecin de Villeneuve-Saint-Georges assurait le suivi médical des 100 pensionnaires. La même année commence la construction du quartier dit « des Ménages » destiné à recevoir 100 couples de vieillards.

 Le 24 février 1888,

Ouverture de ce corps de bâtiment.

 De 1892 à 1896,

Furent construits le quartier des chroniques ouvert en octobre 1887 appelé Sanatorium Kuss, composé de 4 bâtiments desservi par une cuisine centrale.

 Au début du XXème siècle,

L’ancienne orangerie, séparée du château par des douves, alors encore remplies de l’eau provenant de plusieurs sources, servait de fumoir et de salles de jeux aux pensionnaires logés au Château. En 1940-1941, elle fut aménagée en chapelle.

 Entre 1906 et 1907,

Construction de l’hospice de convalescence pour enfants ouvert en 1908, composé de 4 bâtiments d’hospitalisation sur le site Léon Bernard

 

Paul BARTHEZ

Félix BRUN

Théophile ROUSSEL

VILLEMIN

 

Entre 1920-1960,

Des constructions réalisées à cette époque, il ne reste que peu de traces sinon les bâtiments :

 

Robert MEARY

François MANSART

 

Qui abritent les services techniques et associatifs.

 

Le 18 octobre 1950,

L’hospice de Brévannes prend le nom de centre Hospitalier Emile ROUX*. C’est à cette époque que l’hôpital atteint sa capacité d’accueil maximale, soit 3 299 lits.

 Depuis la fin des années 1970,

L’hôpital Emile ROUX centre son activité sur la gériatrie (prise en charge des personnes âgées malades) et entreprend une politique de construction et de rénovation afin

d’offrir des conditions de séjour de qualité.

 

Depuis 2000 :

Construction du nouveau bâtiment accueillant les services techniques Jacques Lachiat.

 

Actuellement :

L’hôpital dispose d’une capacité totale de 904 lits d’hospitalisation classique et de 32 places d’hôpital de jour.

1. Pôle de soins de suite et de réadaptation (SSR) et de médecine gériatrique : 413 places

a) 377 lits en filière avec les hôpitaux de court séjour et médecins traitants pour les pathologies :

- post-orthopédique

- neurologiques

- cardiovasculaires

 

Répartis comme suit :

 

- Pavillon Albert Calmette : 173 lits SSR

- Pavillon Jean CRUVEILHIER : 204 lits SSR dont :

- 4 de soins palliatifs 

- 13 d’évaluation nutritionnelle et vasculaire

 

b) 36 lits de médecine gériatrique en aval de l’hôpital Henri Mondor, dont :

­ - 16 lits au pavillon Albert Calmette,

­ - 20 lits au pavillon Jean Cruveilhier

 

2. Pôle de soins de longue durée (SLD) : 467 lits de SLD accueillant une majorité de patients très dépendants ou présentant des syndromes démentiels aigus répartis comme suit :

a) Pavillons Claude Bernard et Robert Debré : 138 lits

b) Pavillon Léonard de Vinci : 110 lits

c) Pavillon Jacques Haguenau : 110 lits

d) Pavillon Jean Rostand : 109 lits

 

3. Pôle de soins ambulatoires : 24 places d’hôpital de jour pour les patients nécessitant un bilan gérontologique ou une réadaptation, situé au rez de jardin du pavillon

Albert Calmette

 

4. Centre de traitement des addictions situé dans l’aile Pierre Fouquet du Carré des Ménages comportant : 12 lits de médecine interne, 12 lits de soins de suite, 8 lits en

hôpital de jour.

Conformément au plan stratégique 2005-2009 de l’AP-HP qui prévoit la mise aux normes et l’humanisation des lits de SLD (soins de longue durée) 370 lits vont être mis en

conformité (chambre Perspectives d’avenir individuelle pourvue de salle d’eau accessible en fauteuil roulant).

Autres projets

- L’installation d’un Etablissement d’hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) de 80 places est prévue dans deux pavillons du carré Kuss

- Une maison d’accueil spécialisée (MAS) de 40 à 50 lits sur le site de l’actuelle chambre mortuaire

- La construction d’une nouvelle chambre mortuaire

- La numérisation de la radiologie

- Le transfert du centre d’addictologie à l’hôpital Paul Brousse en 2009 afin de créer et de développer un centre de référence régional.

N.B. : Emile ROUX (1853-1933)

Disciple de Pasteur, il effectue des travaux sur les toxines. On lui doit la sérothérapie pour le traitement de la diphtérie.

 

Note utilisateur:  / 0

Grandes dates de l'IFSI Emile Roux

Création :

1932 en qualité de centre de formation "Cours Municipaux" cette date ne figure dans aucune archive mais est signalée par le Surveillant Général du Bureau du Personnel en place à cette époque, parti à la retraite en 1964.

25 mai 1964 : date de l'agrément

Différentes implantations : A l'origine : Locaux dispersés dans l'hôpital :

  •  réfectoire du pavillon des Ménages 
  •  combles du pavillon Vulpian

en 1962 :

  • Transfert des combles de Vulpian vers le sous-sol avec trois salles de pratique et deux bureaux
  • Salle de cours dans le réfectoire des Ménages et obtention d'une autre salle dans la cuisine désaffectée "secteur LANDOUZY"

en 1965 :

  • Toute la cuisine désaffectée est attribuée à l'école, la salle des Ménages est abandonnée. L'école comprend alors, en plus du sous-sol de Vulpian, trois salles de cours (2 de 80 personnes et 1 de 50 personnes), un bureau et un cabinet médical.
  • Les locaux sont précaires, insalubres nécessitant de fréquentes dératisations et désinsectisations.
  • En septembre 1965 le foyer Charles Louis, à Boissy St Léger, permet la rentrée des élèves internes avec engagement.

en 1967 :

  • Le foyer Charles Louis est rendu à l'hébergement des personnes âgées. S'ouvre alors le Home des Elèves Infirmières à Emile Roux avec 99 chambres. A ce jour le Home se nomme Résidence Achille Murat et ne comprend plus que 95 chambres. A cette époque les élèves internes étaient logées, blanchies et nourries contre un engagement de servir.
  • Le 11 septembre 1967 l'école emménage dans un pavillon préfabriqué (le G 9), spécialement prévu pour elle. Les autres locaux sont abandonnés car ils sont destinés à la destruction.

en 1975 :

  • En février sont adjoints à ce bâtiment des locaux supplémentaires dans l'ancienne lingerie pour faire face à aux besoins créés par la double rentrée. Il s'agit d'une salle de cours pour 50 personnes et de 3 salles de groupes.

en 1984 :

  • Le 16 avril 1984, ouverture de l'Ecole Infirmière devenue en 1992 institut de Formation en Soins Infirmiers Gilbert Hacquart. Il s'agit d'un bâtiment neuf. C'est la première école à disposer d'un atelier informatique.

En 1986 :

  • Intégration de la formation des aides-soignants dans l'IFSI

En 2002 :

  • Augmentation des quotas avec mise en place des doubles promotions.

 En 2005 :

  • La formation des Aides soignants passe en acquisition de compétences par 8 unités de formation

 En 2010 :

  • La formation des infirmières intègre le système LMD de l’université avec la validation de compétences professionnelles. Les universités partenaires sont Université de Créteil et l'Université de Marne la Vallée